Alphonse Allais - Complainte amoureuse

Soumis par Françoise Polack le jeu, 25/11/2010 - 23:00

Oui dès l'instant que je vous vis
Beauté féroce, vous me plûtes
De l'amour qu'en vos yeux je pris
Sur-le-champ vous vous aperçûtes
Ah ! Fallait-il que vous me plussiez
Qu'ingénument je vous le dise
Qu'avec orgueil vous vous tussiez
Fallait-il que je vous aimasse
Que vous me désespérassiez
Et qu'enfin je m'opiniâtrasse
Et que je vous idolâtrasse
Pour que vous m'assassinassiez ?

Charles Baudelaire - L'invitation au voyage

Soumis par Françoise Polack le mer, 24/11/2010 - 23:30

Mon enfant, ma soeur,
Songe à la douceur
D'aller là-bas vivre ensemble !
Aimer à loisir,
Aimer et mourir
Au pays qui te ressemble !
Les soleils mouillés
De ces ciels brouillés
Pour mon esprit ont les charmes
Si mystérieux
De tes traîtres yeux,
Brillant à travers leurs larmes.

Là, tout n'est qu'ordre et beauté,
Luxe, calme et volupté.

Des meubles luisants,
Polis par les ans,
Décoreraient notre chambre ;
Les plus rares fleurs
Mêlant leurs odeurs
Aux vagues senteurs de l'ambre,

Maurice Carême - Le givre

Soumis par Françoise Polack le mer, 24/11/2010 - 16:00

Mon Dieu ! comme ils sont beaux
Les tremblants animaux
Que le givre a fait naître
La nuit sur ma fenêtre
 
Ils broutent des fougères
Dans un bois plein d’étoiles,
Et l’on voit la lumière
A travers leurs corps pâles.
 
Il y a un chevreuil
Qui me connaît déjà ;
Il soulève pour moi
Son front d’entre les feuilles.
 
Et quand il me regarde,
Ses grands yeux si doux
Que je sens mon cœur battre
Et trembler mes genoux.
 
Laissez moi, ô Décembre !
Ce chevreuil merveilleux.
Je resterai sans feu

Maurice Carême - Ponctuation

Soumis par akira le mar, 23/11/2010 - 23:29

- Ce n'est pas pour me vanter,
Disait la virgule,
Mais,sans mon jeu de pendule,
Les mots,tels des somnambules,
Ne feraient que se heurter.

- C'est possible,dit le point.
Mais je règne, moi,
Et les grandes majuscules
Se moquent toutes de toi
Et de ta queue minuscule.

- Ne soyez pas ridicules,
Dit le point-virgule,
On vous voit moins que la trace
De fourmis sur une glace.
Cesssez vos conciliabules.

Ou, tous deux, je vous remplace !

Cécile Chabot - Partir

Soumis par akira le mar, 23/11/2010 - 23:04

Partir !
Aller n'importe où,
vers le ciel
ou vers la mer,
vers le montagne
ou vers la plaine !
Partir !
Aller n'importe où,
vers le travail
vers la beauté,
ou vers l'amour !
Mais que ce soit avec une âme pleine
de rêves et de lumières,
avec une âme pleine
de bonté, de force et de pardon !

S'habiller de courage et d'espoir,
et partir,
malgré les matins glacés,
les midis de feu,
les soirs sans étoiles.

Ginette et Muriel Grenier - La famille Thèse

Soumis par Françoise Polack le ven, 19/11/2010 - 23:00

Les parents Thèse ont sept enfants.
Virgule est la dernière née ;
Elle est toujours de bonne humeur.
La sœur Interrogation
Pose toujours des questions.
Point est un petit garçon discret.
Exclamation est une petite fille
Qui s'étonne de tout.
Quant aux triplés Suspensions,
Ils provoquent toujours des catastrophes.

Ginette et Muriel Grenier