Victor Hugo - Le vagabond

Soumis par Françoise Polack le jeu, 18/11/2010 - 23:06

J'ai fait à pied de longues routes,
Marchant la nuit, craignant les voix,
Plus rempli d'ombres et de doutes
Que la bête fauve des bois.

L'eau des chemins mouillait mes guêtres ;
Las, je tombais sur de vieux bancs,
Je regardais par les fenêtres
La gaîté des âtres flambants.

J'entendais rire sous le chaume
Les paysans à leur repas ;
Un étranger est un fantôme,
Les murs ne le connaissent pas.
 

Georges Jean - Il y a des mots

Soumis par Françoise Polack le mer, 17/11/2010 - 00:00

Il y a des mots, c’est pour les dire,
c’est pour les faire frire
c’est pour rire.

Il y a des mots, c’est pour les chanter,
c’est pour rêver,
c’est pour les manger.
Il y a des mots que l’on ramasse,
des mots qui passent,
des mots qui se cassent.

Il y a des mots pour le matin,
des mots métropolitains,
ou lointains.

Il y a des mots épais et noirs,
des mots légers pour les histoires
des mots à boire.

Il y a des mots pour toutes les choses,

Leconte de Lisle - Le désert

Soumis par Françoise Polack le lun, 15/11/2010 - 00:00

Quand le bédouin qui va de l'Horeb en Syrie
Lie au tronc du dattier sa cavale amaigrie,
Et, sous l'ombre poudreuse où sèche le fruit mort,
Dans son rude manteau s'enveloppe et s'endort,
Revoit-il, faisant trêve aux ardentes fatigues,
La lointaine oasis où rougissent les figues,
Et l'étroite vallée où campe sa tribu,
Et la Source Courante où ses lèvres ont bu,
Et les brebis bêlant, et les bœufs à leurs crêches,
Et les femmes causant près des citernes fraîches,

Alphonse de Lamartine - Le papillon

Soumis par Françoise Polack le dim, 14/11/2010 - 23:00

Naître avec le printemps, mourir avec les roses,
Sur l'aile du zéphyr nager dans un ciel pur,
Balancé sur le sein des fleurs à peine écloses,
S'enivrer de parfums, de lumière et d'azur,
Secouant, jeune encor, la poudre de ses ailes,
S'envoler comme un souffle aux voûtes éternelles,
Voilà du papillon le destin enchanté !
Il ressemble au désir, qui jamais ne se pose,
Et sans se satisfaire, effleurant toute chose,
Retourne enfin au ciel chercher la volupté !

Alphonse de Lamartine - Printemps

Soumis par Françoise Polack le dim, 14/11/2010 - 23:00

Le chaume et la mousse
Verdissent les toits ;
La colombe y glousse,
L'hirondelle y boit ;

Le bras d'un platane
Et le lierre épais
Couvrent la cabane
D'une ombre de paix.

La rosée en pluie
Brille à tout rameau ;
Le rayon essuie
La poussière d'eau ;

Le vent qui secoue
Les vergers flottants,
Fait sur notre joue
Neiger le printemps.
 

 
 

 

Guy de Maupassant - Nuit de neige

Soumis par Françoise Polack le sam, 13/11/2010 - 23:00

La grande plaine est blanche, immobile et sans voix.
Pas un bruit, pas un son ; toute vie est éteinte.
Mais on entend parfois, comme une morne plainte,
Quelque chien sans abri qui hurle au coin d'un bois.

Plus de chansons dans l'air, sous nos pieds plus de chaumes.
L'hiver s'est abattu sur toute floraison ;
Des arbres dépouillés dressent à l'horizon
Leurs squelettes blanchis ainsi que des fantômes.

La lune est large et pâle et semble se hâter.
On dirait qu'elle a froid dans le grand ciel austère.

Déménager - Georges Pérec

Soumis par Françoise Polack le jeu, 11/11/2010 - 14:00

Quitter un appartement. Vider les lieux. Décamper.
Faire place nette.
Débarrasser le plancher.
Inventorier ranger classer trier
Éliminer jeter fourguer
Casser
Brûler
Descendre desceller déclouer
Décoller dévisser décrocher
Débrancher détacher couper tirer
Démonter plier couper
Rouler
Empaqueter emballer sangler
Nouer empiler rassembler
Entasser ficeler envelopper
Protéger recouvrir entourer
Serrer
Enlever porter soulever
Balayer
Fermer
Partir.

Henri Pourrat - Le clos levant

Soumis par Françoise Polack le jeu, 11/11/2010 - 14:00

Lorsque le soleil se lève,
Il se lève sur un clos:
La fraise y vient sous la fève,
Le cassis sous le bouleau.

Loin des fumées du village
Et des jardins en casiers,
Un clos qui sent le sauvage,
Plein d'ombre et de framboisiers.
J'entends le vent des collines
Qui m'apporte son odeur
De cerfeuil et de racine,
Son goût d'herbe de senteur.

Juste un toit pour notre couette
Les nuits sont fraîches l'été,
Et puis comme l'alouette,
Y vivre de liberté.

Christian Poslaniec - Ma collection

Soumis par Françoise Polack le jeu, 11/11/2010 - 13:00

Tous les baisers
Qu'on m'a donnés
Toutes les bulles de tendresse
et tous mes colliers de caresses
j'en fais la collection...

Peut-être il poussera
Des forêts d'arbres à bises
Des buissons tendres de murmures
Un hérisson aux doigts très doux
Lorsque je sèmerai
Ma collection, en mai !

Tous les baisers
Qu'on m'a donnés
Toutes les bulles de tendresse
et tous mes colliers de caresses
je les garde bien au doux
dans un beau coffret à bisous.