Secrets pour écrire un haïku : petit poème d'origine japonaise

Soumis par Françoise Polack le dim, 29/11/2009 - 00:00

•    Il est composé de trois vers qui ne sont pas rimés (sinon accidentellement deux lignes peuvent rimer) et de rythme 5-7-5 ou 17 syllabes, soit une seule ligne en japonais.

Plus haut que nuage
plus profond qu’au loin du ciel
voler comme on rêve

P. Joquel

 

•    Selon la règle, le haïku ne doit pas être plus long qu’une respiration. C’est la forme poétique la plus courte qui existe.

Sur la pointe d’une herbe
devant l’infini du ciel
une fourmi

Hôsai

•    La plupart des haïkus traditionnels évoquent une des quatre saisons, ceci parfois d’une façon très vague ou parfois sur un élément tout à fait spécifique.

Au long de la rivière ?
je n’ai vu aucun pont
ce jour sans fin

Shiki

•    Le but du haïku est de transmettre l’intensité avec très peu de mots. Comme si tu prenais une photo de l’instant précis. Verbe à l’infinitif ou absent. Absent aussi les sujets.

Automne en montagne?
tant d’étoiles
tant d’ancêtres lointains

Setsuko

 
•    Un haïku est situé dans le temps et dans l’espace. C’est un hommage au moment présent, un fragment de la réalité. Ce sont de menus événements, scènes ou "choses" vécues, impressions fugitives, sensations intimes.....

Si beau
après la bourrasque ?
le piment rouge !

Buson
 

•    L'éclair du haïku est souvent un éclat de rire.

Au milieu de la casserole
parmi les patates?
Le clair de lune !

Kyoroku