Journal de bord de Tara Oceans - Focus sur l'Antarctique -13/01/11

Soumis par Françoise Polack le dim, 23/01/2011 - 00:00

[ Bien que souvent partiellement représenté sur les globes et les planisphères, l’Antarctique est un continent immense, plus grand que l’Europe et l’Océanie par exemple. Il a une superficie de 14 millions de kilomètres carrés, et 98% de sa surface est recouverte de glace, dont l’épaisseur fait en moyenne 1,6 kilomètre d’épaisseur.

L’Antarctique est le continent le plus froid, le plus sec et le plus venteux de notre planète. C’est là que la température la plus basse a été enregistrée pour tout le globe en 1983 à la station russe de Vostok,- 89,2 ° Celcius. L’intérieur du continent est le plus grand désert du monde.

Il a fallu attendre 1820 pour que cette terre gelée, inhabitée par l’homme soit aperçue une première fois par une expédition maritime russe. Elle était conduite par Mikhaïl Lazarev et Fabian Gottlieb von Bellinghausen.

Un peu plus d’un siècle plus tard, le traité sur l’Antarctique est signé en 1959 par douze Etats, dont la France, suivi en 1991 par le protocole de Madrid. Aujourd’hui quarante cinq états sont signataires.

Le continent acquiert alors un statut particulier. Cela signifie d’abord le gel des prétentions territoriales. Les activités militaires y sont ensuite interdites, l’Antarctique devient de fait une terre de paix, où toutes extractions minérales sont en plus interdites, sauf celle menées à des fins scientifiques.

C’est pour cela que la « population » antarctique compte 1 000 âmes toute l’année dans les différentes bases scientifiques installées un peu partout sur le continent. Ce sont surtout des chercheurs en mission. Avec le développement du tourisme, le continent connaît des fréquentations jusqu’à 5 000 personnes pendant l’été austral.

Depuis Dumont d’Urville, les français sont présents sur le continent blanc dans la station éponyme en Terre Adélie, mais aussi au sein de la base franco-italienne Concordia, à l’intérieur du continent.
 
Avant de fouler cet espace encore vierge, l’équipage de Tara devra désinfecter ces chaussures avant de monter dans le pneumatique qui le conduira à une plage pour débarquer. Il faudra respecter une distance de 5 mètres pour ne pas perturber les animaux et éviter également d’écraser une des espèces de lichens qui poussent sur le sol. Il y en a une centaine au total et avec les mousses, ce sont les rares végétaux à exister sur le continent.

Pour finir cette présentation sommaire, à retenir l’étymologie du nom du continent blanc. Le nom de l’Antarctique vient du grec antarktikos, qui signifie opposé à l’arctique. Arktos signifie ours, en référence à la constellation indiquant le pôle nord appelée petite ourse. ]

     Vincent Hilaire