Poèmes

Pierre Chêne - Le Père Noël est mécontent

Soumis par Françoise Polack le mer, 24/11/2010 - 17:00

Le père Noël est mécontent
Ça fait bientôt plus de mille ans
Que nul jamais près de ses bottes
N'a mis la moindre papillote.
Depuis que Noël est Noël
On n'offre rien au père Noël.

Une souris dans son placard
Voyant qu'il avait le cafard
Téléphona en Amérique
Au Président d'la République :

(voix de la souris)
"Depuis que Noël est Noël
On n'offre rien au père Noël"

(voix du président américain)
"La question est trop délicate

Maurice Carême - Mars

Soumis par Françoise Polack le mer, 24/11/2010 - 16:00

Il tombe encore des grêlons,
Mais on sait bien que c'est pour rire.
Quand les nuages se déchirent,
Le ciel écume de rayons.

Le vent caresse les bourgeons
Si longuement qu'il les fait luire.
Il tombe encore des grêlons,
Mais on sait bien que c'est pour rire.

Les fauvettes et les pinsons
Ont tant de choses à se dire
Que dans les jardins en délire
On oublie les premiers bourdons.

Il tombe encore des grêlons.


Maurice Carême - L'ogre

Soumis par Françoise Polack le mer, 24/11/2010 - 16:00

J'ai mangé un œuf,
Deux langues de bœuf,
Trois rôts de mouton,
Quatre gros jambons,
Cinq rognons de veau,
Six couples d'oiseaux,
Sept immenses tartes,
Huit filets de carpe,
Neuf kilos de pain,
Et j'ai encore faim.
Peut-être, ce soir,
Vais-je encore devoir
Manger mes deux mains
Pour avoir enfin
Le ventre bien plein.

Maurice Carême - Le givre

Soumis par Françoise Polack le mer, 24/11/2010 - 16:00

Mon Dieu ! comme ils sont beaux
Les tremblants animaux
Que le givre a fait naître
La nuit sur ma fenêtre
 
Ils broutent des fougères
Dans un bois plein d’étoiles,
Et l’on voit la lumière
A travers leurs corps pâles.
 
Il y a un chevreuil
Qui me connaît déjà ;
Il soulève pour moi
Son front d’entre les feuilles.
 
Et quand il me regarde,
Ses grands yeux si doux
Que je sens mon cœur battre
Et trembler mes genoux.
 
Laissez moi, ô Décembre !
Ce chevreuil merveilleux.
Je resterai sans feu

Maurice Carême - Le retour du roi

Soumis par Françoise Polack le mer, 24/11/2010 - 16:00

Casque de fer, jambe de bois
Le roi revenait de la guerre.
Jambe de bois, casque de fer,
Il claudiquait, mais chantait clair
A la tête de ses soldats.

Soie de Nemours, velours de Troie,
La reine attendait sur la tour.
Velours de Troie, soie de Nemours,
La reine était rose de joie
Et riait doux comme le jour.

Souliers troués, fleur au chapeau,
On dansait ferme sur les quais.
Fleur au chapeau, souliers troués
Le vent faisait claquer l’été
Sur les places comme un drapeau.

Maurice Carême - Ponctuation

Soumis par akira le mar, 23/11/2010 - 23:29

- Ce n'est pas pour me vanter,
Disait la virgule,
Mais,sans mon jeu de pendule,
Les mots,tels des somnambules,
Ne feraient que se heurter.

- C'est possible,dit le point.
Mais je règne, moi,
Et les grandes majuscules
Se moquent toutes de toi
Et de ta queue minuscule.

- Ne soyez pas ridicules,
Dit le point-virgule,
On vous voit moins que la trace
De fourmis sur une glace.
Cesssez vos conciliabules.

Ou, tous deux, je vous remplace !

Blaise Cendrars - Iles

Soumis par Françoise Polack le mar, 23/11/2010 - 23:22
Iles
Iles
lles où l’on ne prendra jamais terre
Iles où l’on ne descendra jamais
Iles couvertes de végétations
Iles tapies comme des jaguars
Iles muettes
Iles immobiles
Iles inoubliables et sans nom
Je lance mes chaussures par-dessus bord car je voudrais
bien aller jusqu’à vous

Blaise Cendrars, Feuilles de route, 1924



















Blaise Cendrars - Paysage

Soumis par Françoise Polack le mar, 23/11/2010 - 23:22

La terre est rouge
Le ciel est bleu
La végétation est d’un vert foncé
Ce paysage est cruel dur triste malgré la variété infinie
des formes végétatives
Malgré la grâce penchée des palmiers et les bouquets
éclatants des grands arbres en fleurs fleurs de carême

Feuilles de route, 1924